“Mon corps, mon regard,
mon histoire”

Le 20 janvier 2017, j’ai photographié un spectacle caritatif : « Re-act for the cause », sur les troubles du comportement alimentaires.  Suite à ce photo-reportage, j’ai rencontré deux femmes.  Elles m’ont inspirées à créer un projet pour elles : «Moi et mon corps». 

En fin de projet, je me suis photographiée nue.

J’ai souffert d’un burn-out, il y a deux ans et demi. A l’époque, je ne ressentais plus mon corps. J’avais été lessivée par la vie. A l’époque, je n’étais pas prête à faire ce travail introspectif, ni à me mettre nue devant mon propre appareil photo.
Il y a quelques semaines, je me suis finalement sentie prête à extérioriser ma souffrance pour enfin la laisser partir à tout jamais. Je voulais avant tout comprendre ce que mes modèles avaient vécu avec moi. 
Comprendre l’expérience libératrice que c’était.
Comprendre comment la photographie peut permettre de mieux s’accepter.

Je me souviens avoir pensé au lieu avant de penser à mon corps. 

Je voulais une table en marbre.
Je voulais une baie vitrée.

J’ai donc demandé à une connaissance de me prêter sa véranda. 

Et là, j’ai été surprise en bien :  on aurait dit que je me trouvais dans la nature, lieu où je me sens la plus vivante. 

Quand je suis rentrée dans la salle, je me souviens m’être dit: « qu’est-ce qu’il fait froid ! » J’ai fait quelques tests habillée: en mode manuel, grande ouverture, faible profondeur de champ, un trépied pour la mise au point, et hop le retardateur activé.

Ensuite, je me suis mise nue. C’était bizarre mais je ne ressentais plus le froid.

Clic ! Impossible d’avoir mon corps complètement net. Qu’est-ce que ça m’énervait d’être encombrée par la technique ! Et puis, je me suis rappelé quand j’avais vécu mon burn-out et que tout était flou. Je ne ressentais plus rien. J’ai donc décidé de pousser à l’extrême cette idée.

Janvier 2019, Lausanne, Suisse
«Je m’enlace»

Repli sur soi

J’avais besoin de m’enlacer, de ne plus rien voir. Parce que quand j’étais lessivée par la vie, je ne voyais plus rien.

Janvier 2019, Lausanne, Suisse
«En croix vers l’avenir»

Janvier 2019, Lausanne, Suisse
«Solitude»

Janvier 2019, Lausanne, Suisse
«Je ne vois plus rien»

Une main agrippant

Et puis, je me suis mise dos à l’objectif, ma main qui m’aggripait le dos. Cette position représentait mon passé, mon bagage émotionnel, mon souhait d’être « parfaite », mon incapacité par moments à lâcher prise. 

Janvier 2019, Lausanne, Suisse
«Mon pire ennemi, c’est moi»

Janvier 2019, Lausanne, Suisse
«Stop à l’auto-sabotage»

J’ai attendu des années pour faire cette séance photo.

Aujourd’hui, j’admire ma souffrance. Je suis surprise de l’accepter. Et en même temps, elle fait partie de moi.

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code